BEETHOVEN

Autriche 1927, 71 minute | Version HD n/b restaurée

Avec le grand acteur Fritz Kortner (1892-1970) dans le rôle titre, le film retrace les étapes les plus importantes de la vie de Ludwig van Beethoven et relie sa vita à ses grandes œuvres telles que la 2e Symphonie, l'Héroïque, les 5e et 9e Symphonies, Fidelio et la Missa Solemnis. Le film a été produit à l'occasion du 100e anniversaire de la mort du compositeur (26.03.1927) et est un bel exemple de l'exploitation médiatique précoce des biographies d'artistes populaires. Il a été réalisé au cours de l'été 1926 dans les studios de cinéma Listo à Vienne-Schönbrunn et a été présenté en première au cinéma le 18 février 1927. Comme qualité particulière, la presse autrichienne contemporaine a souligné que le film a été réalisé sur des lieux originaux, ce qui ne peut signifier que le château de Schönbrunn.


Clip de film "Waldsteinsonate"


Le récit cinématographique commence avec l'enfance de Beethoven à Bonn et ses études musicales avec Joseph Haydn à Vienne. Au fur et à mesure de sa progression, il brosse le portrait d'un compositeur prolifique qui est pris dans des histoires d'amour malheureuses tout au long de sa vie. La rencontre avec Giulietta Guiccardi, qui, en tant qu'étudiante en piano peu douée, rend le compositeur à moitié fou, est décrite en détail dans le film ; ici, le film construit une pure fiction cinématographique. D'autre part, le prince Lichnowsky, mécène de la musique, apparaît comme un mécène constant, ce qui correspond à la véritable biographie. Une grande place est consacrée à la description de son trouble auditif fatal, dont Beethoven souffre à l'âge de 28 ans et qui le plonge dans une grave crise personnelle. Il devient de plus en plus misanthrope et se retire de plus en plus dans le monde de ses sons jusqu'à sa mort à l'âge de 57 ans.

La nouvelle version musicale du compositeur Malte Giesen (*1988), plusieurs fois récompensé, cite toutes les œuvres de Beethoven mentionnées dans le film et les traite dans un arrangement original pour petit orchestre qui oscille entre la pop de cinéma et la musique d'art. Le compositeur écrit à propos de sa musique : "L'idée est de développer une sorte d'"interprétation composée" des œuvres de Beethoven, qui accompagne musicalement le film dans des fonctions toujours différentes. J'aimerais travailler avec des techniques qui sont directement liées à l'esthétique et à la philosophie contemporaines de ma génération : le remix, le sampling, le shuffling, et même le mélange orchestre/électronique. Je me pose ainsi la question hypothétique suivante : comment Beethoven aurait-il composé si l'électronique avait déjà existé ? L'électronique est donc utilisée dans différentes fonctions, d'une part comme un timbre supplémentaire ayant sa propre esthétique et d'autre part comme un jeu conscient avec la "couleur médiatique" et l'historicité des sons électroniques (comme à travers le gramophone, le disque, en jouant avec l'esthétique clichée de la musique de film muet).

BEETHOVEN

Musique de film pour orchestre de Malte Giesen (2020).

Instrumentation :

3 flûte (3.pic).2 hautbois.2 clarinette.2 basson (3.KFag) - 4 cor.2 trompette.3 trombone.0 - timbale.2 percussion.piano (également piano miniature) - cordes (10.8.6.5.4)

percussion 1 : caisse claire, cymbale suspendue, cymbale à main, tam-tam, hochet, crotales, cloches tubulaires, scie chantante, triangle

percussion 2 : grosse caisse, cymbale suspendue, glockenspiel, 4 blocs de bois (très haut, haut, moyen, bas), carillons, triangle, crotales, 2 blocs de polystyrène

piano solo, piano jouet à 33 touches
amplification pour piano, piano-jouet, 1er violon, 1er violoncelle effet de réverbération sur le piano
Flux à 2 canaux dans le fichier du film


BEETHOVEN

Musique de film pour orchestre de Malte Giesen (2020) dans un arrangement pour piano solo d'Andrew Digby (2020)

Piano à queue de concert (la=442 Hz)

2 canaux dans le fichier film, blocs de polystyrène (amplifié), air et voix (amplifié)

La version restaurée provient de la Filmarchiv Austria et est la version française d'exportation qui, dans sa forme textuelle, cite également Romain Rolland, qui a eu une influence significative sur la réception française de Beethoven. Cette version française, raccourcie de 10 minutes, est celle que la Filmarchiv Austria a restaurée. C'est la version française d'exportation, qui cite également Romain Rolland dans sa forme textuelle, qui a eu une influence majeure sur la réception française de Beethoven. Cette version française, raccourcie de 10 minutes, est la seule version du film qui subsiste. La version originale perdue avec le sous-titre "À la mémoire du 100e anniversaire de la mort du chanteur de l'éternité" avait une durée de 80 minutes et traitait plus en détail des œuvres de la grande phase de création (5e et 9e symphonies). Comme le montre la comparaison avec la carte d'admission allemande conservée, il y avait encore dans la version originale une séquence sur les années ultérieures, ébranlées par de fortes crises biographiques, dans laquelle était notamment écrite la Schicksals-Sinfonie. Un autre excursus traite de la scène du donjon de Fidelio, une quasi visualisation de la situation de vie du compositeur et de sa surdité croissante.

En somme, ce film autrichien est un exemple vivant de l'évolution de l'image de Beethoven dans la culture populaire au début du XXe siècle : du génie à l'amant malheureux qui compense son mal d'amour dans ses créations artistiques. Dans la carte d'admission allemande, il y a une référence intéressante à un prologue qui existait apparemment dans les grandes salles de cinéma sur la scène du film, citant une lettre de Beethoven à l'archiduc Rodolphe : "Il n'y a rien de plus élevé que de s'approcher de la divinité plus que d'autres personnes et d'ici répandre les rayons de la divinité parmi la race humaine". Beethoven en tant que Prométhée, c'est ainsi que tout au long du XIXe siècle, l'importance de Beethoven a été appréciée - comme seule l'a été l'œuvre de Goethe - et que s'est établie une tradition de "bienheureux" en Allemagne en particulier. Le cinéma de l'époque du muet a traité le concept de génie avec plus de légèreté, en inventant des histoires de femmes autour du supposé misanthrope Beethoven. Le film autrichien "Eroica" de Karl Hartl (1950) s'inscrit également dans cette veine. Plein de pathos, le film dépeint Beethoven comme un titan et lui donne en même temps l'apparence d'un amant maladroit.

Malte Giesen (*1988)

"L'idée que le jeune compositeur Malte Giesen se fait de lui-même sur le plan artistique résulte du champ de tension entre l'individu et la société, de la réalisation de soi et du positionnement social politique. Avec passion et verve, Giesen prend position dans ses compositions, commente et thématise les développements actuels et, par sa lourdeur parfois épuisante, met l'auditeur au défi d'écouter attentivement et de réfléchir. Pour ce faire, il utilise des méthodes de composition sophistiquées avec des variations et des techniques analogiques et numériques ... Ces techniques trouvent leur utilisation dans la promotion d'un engagement sérieux avec la musique et sa fonction, ainsi que dans la réfraction et l'élargissement de la perception par des changements de contexte". (Jury du Prix Carl von Ossietzky 2016)

Né à Tübingen en 1988, Malte Giesen a étudié la composition et l'informatique musicale avec Marco Stroppa et Oliver Schneller à l'Université de musique et des arts du spectacle de Stuttgart, et a fréquenté le CNSM de Paris de 2010 à 2011 avant d'aller à l'Académie de musique Hanns Eisler de Berlin pour étudier la composition avec Hanspeter Kyburz et la musique électroacoustique avec Wolfgang Heiniger. Giesen écrit pour des ensembles de musique de chambre ainsi que des œuvres pour solistes, de l'électronique solo au grand orchestre. Il a reçu plusieurs bourses et prix pour ses travaux. Il a notamment reçu le premier prix du Concours allemand de composition musicale en 2009. En 2012, il a été lauréat de la master class de composition orchestrale de l'Orchestre symphonique de la radio de Stuttgart. En 2013, il a été sélectionné comme participant aux Donaueschinger Musiktage et en 2014 à l'Institut d'été de composition de l'Université de Harvard. En 2015, il a été lauréat du concours Neue Szenen III du Deutsche Oper Berlin, qui est associé à une commande d'opéra de chambre. En 2016, il a reçu le prix Carl von Ossietzky pour la musique contemporaine de la ville d'Oldenburg.

Ses compositions ont été jouées dans des festivals tels que Acht Brücken Köln, Wien Modern, Klangwerkstatt Berlin et le Wittener Tage für neue Kammermusik en collaboration avec le RSO Stuttgart, Sonar Quartett, Quatuor Diotima, sonic. art Saxophone Quartet, ensemble ascolta, ensemble recherche, ensemble mosaik, ensemble adapter, l'instant donnée, Ensemble Kuraia, Neue Vocalsolisten Stuttgart, Ardey Saxophone Quartet, Namascae Lemanic Modern Ensemble, SUONO MOBILE global. En avril 2017, son opéra de chambre Tako Tsubo a été créé au Deutsche Oper Berlin. Son concert pour piano et orchestre hyperréaliste, commandé par le Rundfunk-Sinfonieorchester Berlin, a été célébré au festival Ultraschall en janvier 2019.

Malte Giesen est actif dans l'enseignement des musiques nouvelles dans les écoles et les conservatoires. Il enseigne l'improvisation contemporaine à la Hochschule für Musik Karlsruhe et la musique électroacoustique en tant que professeur invité à la Hochschule für Musik Berlin. Il est membre fondateur du Stuttgarter Klang Büros e.V. et participe à Suono Mobile - Initiative für Neue Musik ainsi qu'au festival de Stuttgart "Neue Töne Open".

Hans Otto Löwenstein, né en 1881 à Priwoz dans ce qui était alors l'Autriche-Hongrie, s'est recommandé comme réalisateur pour une vita Beethoven à deux égards : comme le montrent ses films sur les Habsbourg réalisés dans les années 1920 ("Kaiser Karl" (1921) et "Leibfiaker Bratfisch" (1925) sur le suicide du prince héritier Rodolphe à Mayerling), il avait non seulement un penchant particulier pour le matériel historique, mais aussi pour combiner théâtre et cinéma. En 1913, il a tenté une projection combinée de film et de théâtre dans le Prater de Vienne ; son film "Le roi Ménélas au cinéma" a été complété par des acteurs sur scène impliquant le public.

Löwenstein est un pionnier du cinéma polyvalent : en 1914, il prend en charge le bureau central des cinémas de campagne de l'armée autrichienne, qui doivent divertir les soldats au front. En 1918, il fonde l'Astoria-Film qui fait partie des principales sociétés de production de l'industrie cinématographique autrichienne à partir de 1920 et qui produit principalement des films d'animation. Avec son invention du système Ottoton, le premier film sonore autrichien, "G'schichten aus der Steiermark", a été produit en 1929. Avec sa mort en 1931, il a laissé une filmographie complète de plus de 40 films.

Né à Vienne en 1892, la carrière cinématographique et théâtrale de Kortner a commencé par une formation à l'Académie de musique et des arts du spectacle de Vienne. Par la suite, Kortner a joué sur les scènes de différentes maisons de jeux en Allemagne. Toujours à l'époque du cinéma muet, il s'est imposé comme acteur de cinéma grâce à son jeu expressionniste caractéristique ; il a repris l'un des rôles principaux du classique d'horreur autrichien "Orlac's Hände" en 1924 ou a brillé dans le rôle du Dr Schön dans "Die Büchse der Pandora" en 1929. Avec "Der brave Sünder", il réalise son premier film en 1931. En tant que social-démocrate convaincu, il s'est rendu en Suisse en 1932 lorsque le NSDAP est devenu plus fort et après 1933, il a dû s'exiler en tant que réalisateur de théâtre et de film juif. Les barrières linguistiques ainsi que l'interdiction de se produire à l'étranger qui lui a été imposée par les nationaux-socialistes lui ont rendu la tâche difficile pour prendre pied à l'étranger. Néanmoins, il a réussi à entrer aux États-Unis après un séjour en Grande-Bretagne. Après la guerre, Kortner est retourné en Allemagne avec l'intention de reconstruire le théâtre allemand. En tant que citoyen américain, il a d'abord été contraint de travailler dans le secteur américain. Dans les années 1950, Kortner avait atteint le statut d'icône de la mise en scène au sein du théâtre allemand. Dans son travail de mise en scène politique, à part quelques détours par le cinéma, il s'est surtout concentré sur le théâtre jusqu'à sa mort en 1970.

Crédits

  • Réalisation:
    Hans Otto Löwenstein
  • Scénario:
    Emil Kolberg
  • Cast:
    Fritz Kortner (Beethoven), Lillian Gray (Giulietta Guicciardi), Ernst Baumeister (Joseph Haydn), Wilhelm Schmieder (Fürst Lichnowsky), Dely Drexler (Therese v. Brunswick) u.v.a.
  • Restauration du film (2019):
    Filmarchiv Austria
  • Musique du film:
    Malte Giesen (2020)
  • Éditorial:
    Nina Goslar, ZDF
  • Producteur:
    Thomas Schmölz
    , 2eleven music film

Impressions sur la production musicale à Gotha (Thuringe, Allemagne)

Les classiques du cinéma muet d'Arte -

des expériences musicales cinématographiques pour votre public