L'amour de Jeanne Ney

Allemagne 1927, 105 minutes | Version HD n/b restaurée

L'amour de Jeanne Ney raconte une histoire d'amour dans la tourmente de l'époque, peu après la révolution d'octobre, et se situe entre la Crimée et Paris. Le film a été réalisé en 1927 d'après le roman du même nom d'Ilja Ehrenburg, et a été tourné dans de nombreux lieux originaux à Paris. Avec sa technique de montage révolutionnaire, le réalisateur G. W. Pabst a créé un film dramatique ultra-moderne, mi-mélodrame, mi-histoire politique. Dans une restauration de première classe et avec une musique nouvellement orchestrée, ce classique du cinéma de Weimar est enfin disponible dans une version adéquate.


Clip du film "L'amour de Jeanne Ney"


Lorsque l'Armée rouge occupe la Crimée pendant la guerre civile russe, l'agent et journaliste français Alfred Ney est abattu. Sa fille Jeanne, qui est tombée amoureuse du jeune bolchevique Andreas, n'a pas d'autre choix que de quitter le pays et de s'enfuir à Paris : Elle y trouve refuge auprès de son oncle, qui dirige une agence de détectives privés à Paris, et de sa fille aveugle. Andreas réussit à se faire transférer à Paris pour une mission communiste et retrouve Jeanne, mais leur bonheur amoureux ne dure pas longtemps.  Le sordide Chalybieff, un informateur de la Garde Blanche, a un œil sur la jolie fille et s'est rendu à Paris. Non seulement il la harcèle avec son importunité, mais il en veut à la fortune de son oncle. Chalybieff ne reculera devant rien pour atteindre ses objectifs et éliminer son rival Andreas.

La collection musicale du MoMA contient une compilation historique du film au piano, qui a probablement été réalisée dans les années 1930 lorsque la conservatrice de l'époque, Iris Barry, a acquis une copie du film auprès de la Reichsfilmarchiv à Berlin. La compilation pour piano a été arrangée pour la version restaurée et nouvellement orchestrée par Bernd Thewes pour l'orchestre du Funkhaus avec sa forte section de vents. Le résultat est une partition de film très intéressante qui, avec les motifs de la partition de piano historique, rend justice aux conventions, mais qui, dans son orchestration moderne, fournit au film une version musicale à la hauteur de l'original.

L'amour de Jeanne Ney

Musique pour le film muet du même nom de Georg Wilhelm Pabst (1927). Orchestration et doublage par Bernd Thewes (2016).

 

Instrumentation:

2 flûte/pic (2. aussi flûte alto).2 hautbois.2 clarinette (1. aussi clarinette en mi bémol, sax alto, 2. aussi clarinette basse, sax ténor).2 basson (2. aussi contrebasson) - 4 cor.3 trompette (1. et 2. aussi piccolo, cornet, 3. aussi bugle, cornet).3 trombone (3. trombone basse).0 - timbales.3 percussions (3. batterie) - harpe, piano (également hammond/clavier e-basse) - cordes (9.7.5.4.3)

La source de la restauration actuelle est une copie que le Musée d'art moderne a achetée au Reichsfilmarchiv dans les années 1930. Cette copie correspond probablement à la version originale allemande et provient de ce qu'on appelle le B négatif, qui n'a pas été conservé. Pendant la restauration, les intertitres anglais ont été remplacés par les textes allemands selon la carte de censure, et les plans ont été remplacés par du matériel techniquement meilleur provenant d'autres copies. Les principaux titres et encarts ont été tirés de l'exemplaire historique du MoMA, et les nouveaux intertitres allemands ont été conçus en conséquence.

Bernd Thewes (*1957)

Né à Quierschied près de Sarrebruck, Bernd Thewes joue de la flûte à bec, de l'accordéon et de la trompette dès l'enfance et du piano depuis l'âge de 15 ans. A étudié la musique à l'école de Sarrebruck et la musicologie à Mayence, compositeur autodidacte. Nombreuses compositions pour solistes et ensembles orchestraux, projets radiophoniques, instruments fabriqués par l'artiste lui-même, opéra, installations sonores et musique électronique. 1985 co-fondateur et (jusqu'en 1990) chef d'orchestre de la Société de Musique Nouvelle d'Illingen. 1988-97 avec le trompettiste Michael Gross, organisateur et directeur du Festival de musique nouvelle du château d'Illingen. 1995 bourse d'études de la capitale du Land, Sarrebruck. 1997 bourse de la Cité Internationale des Arts, Paris. Collaboration avec des musiciens tels que Dirk Rothbrust, Mike Svoboda, Dietmar Wiesner, Ueli Wiget, Uwe Dierksen, William Foreman, Teodoro Anzellotti, Stefan Hussong, Hermann Kretschmar et Cathy Milliken. Représentations de ses œuvres aux Journées internationales du théâtre de Villach, aux Musikfestspiele Saar, au Festival Musik im 20. Jahrhundert de la SR, aux klangaktionen Munich, à ars nova de la SWR, au Forum Neue Musik de la SR et à la Stadt-galerie Saarbrücken, aux Saarbrücker Kammermusiktage, au Forum Neue Musik of the hr, au Festival européen de musique Sofia, à musica viva Munich et Musik der Jahrhunderte Stuttgart. Collaboration avec des ensembles tels que le Trio Recherche, l'Ensemble Aventure, l'Ensemble musikFabrik, le Schlagquartett Köln, le Minguet Quartett et le Auryn Quartett. Dans le domaine de la musique de film, il a réalisé plusieurs projets pour Arte ces dernières années : De nouvelles compositions pour des films muets (dont des films de Hans Richter et Carl Th. Dreyer) ainsi que des arrangements de musiques de films historiques comme les nouvelles versions orchestrales de Berlin d'Edmund Meisel, la Symphonie de la Grande Ville pour le film du même nom de Walther Ruttmann ainsi que Octobre, la musique pour la version cinématographique de la Révolution russe d'Octobre de Sergei Eisenstein ou la grande musique d'orchestre de La Roue d'Abel Gance, qui dure plus de 7 heures.

Le réalisateur Georg Wilhelm Pabst (1885 - 1967) est arrivé dans le monde du cinéma par le biais du cinéma et a tourné son premier film Der Schatz à l'âge de 38 ans. Il est devenu internationalement connu en 1925 avec le drame social Die Freudlose Gasse avec Greta Garbo et Asta Nielsen. Jusqu'en 1929, il réalise chaque année un film qui marque le style du cinéma de Weimar, comme Secrets of a Soul (1926), Les Amours de Jeanne Ney (1927), Chemins (1928) et, avec Louise Brooks, La boîte de Pandore et Journal d'une femme perdue (1929). À l'époque du cinéma sonore également, Pabst a réalisé une série de films typiques de l'époque jusqu'en 1933, avec lesquels il s'est distingué en tant que représentant de la gauche politique : le film anti-guerre Westfront 1918 (1939), Die Dreigroschenoper et Kameradschaft. À partir de 1933, Pabst travaille principalement en France. Dans les conditions difficiles de son exil, il a continué à faire des films de grande qualité artistique comme Mademoiselle Docteur avec Dita Parlo, mais la puissance et l'originalité de son style, qui définit le cinéma muet et sonore, n'ont guère pu être égalées. La Pabst prévoyait de s'installer aux États-Unis, mais elle a dû rester en Allemagne à partir de 1939, lorsqu'elle a été surprise par le déclenchement de la guerre lors d'un séjour à Vienne, où elle a réalisé deux films d'histoire. Dans l'après-guerre, il réalise des films comme Le Procès (1947) et en 1955 Le Dernier Acte et le 20 juillet, dans lesquels il traite de thèmes explosifs tels que l'antisémitisme et la résistance au régime nazi et avec lesquels il tente de tirer parti des grands succès artistiques de l'avant-guerre. En raison de sa maladie de Parkinson, la Pabst met fin à ses activités de réalisateur en 1957 ; il meurt à Vienne en mai 1967 à l'âge de 82 ans.


Crédits

  • Réalisation:
    Georg Wilhelm Pabst
  • Scénario:
    Ilja Ehrenburg, Ladislaus Vajda, Rudolf Leonhard
  • Caméra:
    Fritz Arno Wagner, Walter Robert Lach
  • Acteurs:
    Édith Jéhanne (Jeanne Ney), Brigitte Helm (Cousine Gabriele Ney), Hertha von Walther (Margot), Uno Henning (Agent soviétique Andreas), Fritz Rasp (Détective de la garde blanche Chalybieff), Adolf Edgar Licho (Oncle Raymond Ney), Eugen Jensen (Père Alfred Ney), Hans Járay (Emile Poitras), Wladimir Sokoloff (Zacharkiewicz), Siegfried Arno (Détective Gaston) u.v.a.
  • Restauration du film (2017):
    Friedrich-Wilhelm-Murnau-Fondation
  • Musique du film:
    Bernd Thewes (Edition, orchestration)
  • Éditorial:
    Nina Goslar, ZDF
  • Producteur:
    Thomas Schmölz,
    2eleven music film

Les classiques du cinéma muet d'Arte -

des expériences musicales cinématographiques pour votre public